17 mai 2015

fête, échanges et rires tout au long de cette journée du 17 mai 2015

le matin : Culte autrement

Oui, autrement car dans les locaux d'Arvert, autrement car à plusieurs voix.

Autrement, car partager autour du blasphème n'est pas habituel.

Les textes choisis l'avaient été dans Marc, au chapitre 14 (61-65) et aux chapitres 2 (23), 3(6)

Nous avons défini le blasphème, une offense verbale (orale ou écrite) différent du sacrilège qui lui est un acte offensant. Mais qu'est-ce qui constitue le caractère offensant du blasphème? Pouvons-nous dire où finit la simple critique, considérée comme acceptable et où commence l'offense? Quelle que soit la religion est considéré comme blasphématoire ce qui s'en prend au sacré. Alors qu'est-ce qui est sacré?

Au cours du culte, nous avons pu partager en petits groupes, dans l'écoute et le respect de chacun. Une dernière question: Jésus était-il lui-même un blasphémateur ou était-il considéré comme un blasphémateur par les "religieux"?

Chacun là, reste libre de ses pensées.                     Hélène

- à midi : repas

après les nourritures spirituelles, les nourritures matérielles, un apéritif sympa permettant de retrouver pendant quelques instants ceux qui ne peuvent rester plus avant.

puis un buffet froid alimenté par les plats des uns et des autres, découverte de saveurs et de talents culinaires.

- après-midi : à côté d'un stand d'objets divers où chacun peut aller chiner

Pour l'Eglise des Iles de saintonge, Hélène et Olivier ont préparé 6 jeux d'adresse et/ou de réflexion et les chefs des éclaireurs ont tenu un stand; tous, petits et grands sont invités à former des équipes pour suivre un parcours afin de découvrir un trésor. Chacun est confronté à des épreuves de concentration, d'équilibre, de mémoire, ...  tout cela est source de fou-rires, d'entraide... chaque étape réussie donne droit à un indice. Chaque équipe détient certains indices qu'il va falloir maintenant analyser pour trouver et comprendre le message final. 

Comme le paralytique a eu besoin de la solidarité de 4 amis pour le déposer aux pieds de Jésus alors que la foule les empêchait d'entrer par la porte. de même cette après-midi a été un temps non de rivalités pour aller plus vite que les autres et gagner pour soi, mais un travail d'équipe et ensuite une collaboration pour atteindre le but et partager entre tous la joie finale. Quels bons moments ....!       Danièle